.

Cas particuliers de dopage
Le cannabis


A la question : "Le cannabis doit il effectivement être considéré comme un produit dopant ?", on peut répondre sans hésiter, par l'affirmative.
Il est clair, que des sportifs utilisent effectivement le cannabis, avec pour objectif d'améliorer leurs performances en compétition. Il s'agit, en particulier de sports à risques dont l'activité est liée à un fort taux de stress. Ainsi certains pilotes se sentent "plus performants, plus calme" avant un vol important et semblent mieux pouvoir se concentrer


La classification officielle fait à juste titre entrer le cannabis dans le groupe des produits "anti-douleurs"

Les effets dopants recherchés par les sportifs sont, la lutte contre le stress et l'anxiété avant, pendant et après le vol, l'augmentation de diverses facultés de perception sensorielle (à court terme), la capacité d'abstraction par rapport à l'environnement.

Il reste que le cannabis est potentiellement un produit dopant, qu'il s'agit d'un stupéfiant (interdit par la loi française parcequ'il est susceptible d'avoir des effets négatifs pour le comportement et la santé de l'individu) et qu'il est un facteur de déstabilisation, en particulier pour les plus jeunes et pour les plus démunis socialement.

Il est donc parfaitement légitime que le sport, qui est un outil d'éducation, d'intégration et d'accomplissement individuel et social, proscrive l'usage du cannabis, tout comme il proscrit d'ailleurs l'usage du tabac ou de l'alcool.

Comme pour le tabac, il est possible de trouver des traces de cannabis dans les urines après une soirée enfumée. Un fumeur occasionnel va éliminer pendant près de 4 à 6 semaines les produits de dégradation du cannabis et pourra être contrôlé positif à distance.

Afin d'éviter toute confusion passive , un seuil de tolérance a été ajouté (15 nanogrammes par millilitres ).

Conclusion
Fumer un joint avant de voler = Se doper
Tricher avec soi et avec les autres
Le sport est un jeu, respectons les règles

Les solutions ?

Si vous sentez le stress vous envahir sur le décollage, c'est que vous n'êtes pas prêt pour le vol

Afin de mieux pouvoir vous concentrer, dormez, mangez et buvez correctement

Préparez vous physiquement et mentalement, il y a assez de journées ventées et pluvieuses pour vous consacrer à l'entraînement physique. Pratiquez d'autres sports et faites attention à votre hygiène de vie. Ne subissez pas la pression des autres, sachez vous isoler. Fixez vous un but, ne laissez pas votre esprit divaguer. A chaque vol, ayez une mission à accomplir et donnez vous les moyens d'y arriver